| Français (PST) | Deutsch (PdA) | Italiano (PdL)
image

Interventions de Denis de la Reusille au Conseil National


 Article


Accueil > Actualités > Communiqués > Elections en Belgique : Percée du PTB dans toutes les grandes (...)

 Elections en Belgique : Percée du PTB dans toutes les grandes villes

mercredi 17 octobre 2018

Le Parti suisse du Travail - Parti ouvrier et populaire félicite le Parti du Travail de Belgique pour son résultat encourageant aux élections communales.

Communiqué du PTB par rapport aux élections communales en Belgique

Lors des élections communales du 14 octobre, le PTB (Parti du Travail de Belgique) - seul parti national en Belgique - a fait une percée dans les villes les plus importantes de Flandre et a encore progressé à Bruxelles et en Wallonie. Particulièrement à souligner sont les résultats à Bruxelles, capitale de l’Europe, avec 11,6% ; à Anvers, deuxième ville portuaire d’Europe, avec 8,7% ; aux deux villes les plus importantes de Wallonie, Liège avec 16,3% et Charleroi, avec 15,7% ; et à Gand, deuxième ville de Flandre, avec 7,1%.

« Nous avons atteint nos objectifs dans l’ensemble du pays », a réagi Peter Mertens, président du PTB. « Pour la première fois, nous sommes passés d’un phénomène urbain principalement concentré à Anvers et à Liège à une percée dans quasiment toutes les villes grandes et moyennes de Wallonie, de la région bruxelloise et de Flandre. Nous passons de 50 à 156 élus locaux ».

A Anvers, le PTB atteint 8,7%, soit 4 sièges au conseil communal, et 19 sièges aux conseils de district [la ville d’Anvers est divisée en 9 districts]. « La ville d’Anvers a été la bataille la plus difficile », a déclaré Peter Mertens. « La N-VA [le parti nationaliste flamand du bourgemestre Bart De Wever] a mené la campagne la plus coûteuse jamais menée et maintient étonnamment bien ses positions. Dans ces circonstances, nous sommes bien sûr satisfaits d’être parvenu à ce résultat. »

Pour la première fois, le PTB entre au conseil communal des capitales provinciales de Gand (3 sièges), de Louvain (1) et de Hasselt (2) et conquiert également un premier siège dans six villes moyennes importantes. « Avec la percée dans ces différentes villes, le PTB est en bonne voie, lors des élections fédérales et régionales de 2019, d’obtenir pour la première fois de son histoire des élus dans le Nord du pays pour les parlements fédéral et flamand », a remarqué Peter Mertens.

En région bruxelloise, le PTB atteint de 10 à 15% dans les plus grandes communes, en passant de 2 élus dans deux communes à 36 dans sept communes, réalisant ainsi un bon ancrage local à Bruxelles-Ville, Anderlecht, Molenbeek, Schaerbeek, Saint-Gilles, Forest et Ixelles.

En Wallonie, le PTB réalise plus de 15% à Liège (3e parti), à Charleroi (2e parti) et à La Louvière (2e parti), et dans toute la ceinture rouge autour de Liège, avec des scores de 25% à Herstal et Seraing. Le parti obtient également 3 sièges dans les capitales provinciales que sont Namur et Mons, et a des élus pour la première fois à Huy, Tournai et Verviers. Pour l’ensemble de la Wallonie, le PTB passe de 14 à 78 sièges.

Nous avons réussi à imposer des thèmes comme le logement social de qualité.

« Dans la campagne électorale, les partis traditionnels ont beaucoup discuté de places et de coalitions. A l’inverse, le PTB est venu avec des questions fond », développe Raoul Hedebouw, porte-parole national du parti. « Nous avons réussi à imposer des thèmes qui n’auraient pas trouvé d’écho sans nous. Le logement social de qualité. Le transport urbain public gratuit, et son importance pour l’écologie. Le thème de la gouvernance avec la division par deux du salaire des bourgmestres dans les grandes villes, parce que les élus doivent vivre comme le peuple et pas dans un autre monde ».

Dans l’ensemble, les Verts ont également obtenu de bons résultats, tandis que les sociauxdémocrates déclinent. Leur perte est significative en Flandre, alors qu’à Bruxelles et en Wallonie, bien que le PS perde, il reste le plus grand parti dans de nombreuses villes. En Flandre, la droite reste très forte, avec un fort parti nationaliste de droite, la N-VA qui se stabilise, et un Vlaams Belang d’extrême droite en croissance. Ensemble, la N-VA et le Vlaams Belang ont obtenu 45% des voix dans la ville d’Anvers. « En ces temps difficiles, notre progression est une raison d’être optimiste. Nous pensons qu’il est vital de semer les graines de la résistance, d’aller à contre-courant, dans les quartiers, dans les entreprises », a déclaré Peter Mertens. « 

Nous avons une responsabilité importante comme force émergente de gauche. Une responsabilité importante qui se déclinera d’abord dans la lutte. Tous nos élus et notre parti seront au service des luttes locales et nationales. Notre avancée électorale doit se traduire par une avancée de la résistance sociale. En trois ans, près de 9 milliards d’euros sont passés des salaires aux profits. Cette richesse, les travailleurs doivent la récupérer. Et les élections ne suffisent pas », a encore dit Raoul Hedebouw.

« Je voudrais du fond du coeur remercier nos 14 000 membres pour tout le travail qu’ils ont fait dans cette campagne. Le PTB a continué à grandir au cours de la campagne. Nous sommes devenus plus forts en terme de membres, de sections et surtout d’idées et de militantisme. Merci beaucoup pour tous vos efforts », a conclu Peter Mertens.

Parti du Travail de Belgique (PTB)
16.10.2018