| Français (PST) | Deutsch (PdA) | Italiano (PdL)
image

Interventions de Denis de la Reusille au Conseil National


 Article


Accueil > Actualités > Interventions au Conseil National > Situation dans les prisons israéliennes - Interpellation de Denis de la (...)

 Situation dans les prisons israéliennes - Interpellation de Denis de la Reussille au Conseil National

samedi 29 septembre 2018

Situation dans les prisons israéliennes

Les conditions de détention des prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes sont dignes des quartiers de haute sécurité et s’apparentent à de l’humiliation quotidienne. Il y a une volonté de briser ces hommes, ces femmes et ces enfants. La preuve, en 2017 ces détenus ont menés une grève de la faim de 41 jours pour faire entendre leurs revendications. A noter les centaines d’enfants enfermés en toute illégalité dans les prisons d’Israël, ce qui est totalement contraire aux conventions de Genève. Ces enfants ont été arrêtés arbitrairement. Certains témoignages prouvent qu’ils ont subis des mauvais traitements au travers de toute sortes de menaces et d’intimidations, enfermés pendant des mois sans aucun motif d’inculpation, leurs familles sont interdits de visites.

Il est largement reconnu que le député Marwan Barghouti, emprisonné depuis dix-sept ans maintenant, serait la seule personnalité Palestinienne ayant la crédibilité nécessaire auprès de son peuple, pour éventuellement relancer un processus plus que moribond notamment à cause de la poursuite de la politique d’implantations de colonies de peuplements totalement illégales.

Dès lors nous demandons au Conseil fédéral de répondre aux questions suivantes :

1. Notre pays, siège du CICR et dépositaire des conventions de Genève, s’inquiète-t-il des conditions de détentions des prisonniers politiques palestiniens dans les geôles israéliennes ;

2. Quelle est la position du Conseil fédéral concernant l’attitude du Comité international de la Croix-Rouge qui a depuis l’an dernier, annulé unilatéralement une des deux visites par mois autorisées et pour lesquelles il est en charge du transport des familles puisque les prisonniers sont dans des établissements pénitentiaires en Israël, alors même que la convention de Genève interdit à l’occupant de détenir des prisonniers sur son propre territoire.

3. Le CICR ayant semble-t-il invoqué des raisons financières pour annuler une des deux visites des familles de prisonniers, la Suisse serait-elle le cas échéant prête à participer au financement de ces visites ?

4. La Suisse ne devrait-elle pas s’engager de manière active pour la libération du député palestinien M. Barghouti, largement reconnu comme l’une des seules personnalités Palestiniennes capables d’unifier le peuple Palestinien et de relancer un processus de paix malheureusement laissé à l’abandon ?

Denis de la Reussille (PST-POP)
18.09.2018