| Français (PST) | Deutsch (PdA) | Italiano (PdL)
image

Interventions de Denis de la Reusille au Conseil National


 Article


Accueil > Actualités > Communiqués > Gavriel Pinson : "Un OUI clair pour l’initiative de la souveraineté (...)

 Gavriel Pinson : "Un OUI clair pour l’initiative de la souveraineté alimentaire"

mercredi 5 septembre 2018

Un OUI clair pour l’initiative de la souveraineté alimentaire

Alors que ce sont trois exploitations agricoles qui disparaissent chaque jour dans notre pays, le Conseil fédéral n’a toujours pas de politique agricole digne de ce nom. La seule « chose », on ne peut l’appeler autrement, qu’il a à proposer, c’est de signer des accords de libre-échange un peu partout dans le monde, condamnant ainsi à court ou moyen terme l’agriculture suisse. Cette politique désastreuse est promue par toute la droite sans exception ni retenue. On a entendu le président de l’Union suisse des paysans, Conseiller national d’un parti de droite extrême, verser une (et pas deux) larme de crocodile après la signature desdits accords avec les pays du Mercosur, histoire d’essayer prétendre défendre nos paysans, tout en disant dans la même phrase que ces accords sont indispensables à notre économie, alors que même cette affirmation est un mensonge. Copier/coller de la part d’un autre Conseiller national paysan, membre lui d’un parti d’extrême droite. Il n’y a donc rien à attendre de la part de ces partis qui prétendent beaucoup, mais qui dans le fond ne sont que les lobbyistes des grandes multinationales et qui défendent effectivement des intérêts, mais uniquement ceux des actionnaires.Alors que ce sont trois exploitations agricoles qui disparaissent chaque jour dans notre pays, le Conseil fédéral n’a toujours pas de politique agricole digne de ce nom. La seule « chose », on ne peut l’appeler autrement, qu’il a à proposer, c’est de signer des accords de libre-échange un peu partout dans le monde, condamnant ainsi à court ou moyen terme l’agriculture suisse. Cette politique désastreuse est promue par toute la droite sans exception ni retenue. On a entendu le président de l’Union suisse des paysans, Conseiller national d’un parti de droite extrême, verser une (et pas deux) larme de crocodile après la signature desdits accords avec les pays du Mercosur, histoire d’essayer prétendre défendre nos paysans, tout en disant dans la même phrase que ces accords sont indispensables à notre économie, alors que même cette affirmation est un mensonge. Copier/coller de la part d’un autre Conseiller national paysan, membre lui d’un parti d’extrême droite. Il n’y a donc rien à attendre de la part de ces partis qui prétendent beaucoup, mais qui dans le fond ne sont que les lobbyistes des grandes multinationales et qui défendent effectivement des intérêts, mais uniquement ceux des actionnaires.

Pourquoi soutenir l’initiative du syndicat Uniterre ?

En acceptant l’initiative « Pour la souveraineté alimentaire. L’agriculture nous concerne toutes et tous », cela signifie pour la population ou les consommateurs comme aiment le dire les partis bourgeois, ce qui montre bien à quoi ils aiment nous réduire, qu’il y a d’abord une garantie sur l’origine et la qualité des produits qui se trouvent dans nos assiettes. Non seulement cela, mais également une garantie sur la manière dont ces aliments ont été produits, tant d’un point de vue écologique que social. En effet, en plus de permettre à nos agriculteurs d’enfin obtenir une rémunération décente, leur garantissant ainsi la possibilité d’assurer la survie de leur exploitation, ce qui nous semble indispensable pour bien d’autres raisons que l’entretien du paysage qui ne représente pas leur fonction première. Mais cela vaut également pour tous les travailleurs et des travailleuses de la terre, qu’ils soient paysans et paysannes, ouvriers ou ouvrières agricoles, l’initiative favoriserait une meilleure rémunération de toutes les personnes de ces secteurs en imposant de pratiquer des prix équitables. Cela permettrait également d’harmoniser au niveau fédéral les contrats de travail des ouvriers agricoles, tant pour ce qui concerne les salaires que les horaires de travail.

L’initiative d’Uniterre permettrait non seulement de s’assurer de l’origine, de la qualité et des conditions notamment écologiques de cette production, mais également de la manière dont ils ont été transformés, emballés, acheminés et mis sur le marché.À l’heure où la question du réchauffement climatique inquiète de plus en plus la population de notre pays, la question d’une production agricole de proximité est cruciale. Nous devons nous assurer que les produits que nous consommons n’ont pas effectué des milliers de kilomètres en camion ou en avion, alors que ceux-ci pourraient être produits près de chez nous. Afin d’éviter des transports lents et coûteux et ainsi un bilan écologique catastrophique, le texte qui nous est soumis favorise également le maintien, voire la création, de structures régionales de transformation, de commercialisation et de stockage, ce qui en soi est également créateur d’emplois. Le monde agricole est sous la pression constante des grandes filières de distribution. Les producteurs ne savent jamais à quel prix, en quelles quantités, ni pour combien de temps leurs récoltes seront achetées. L’initiative redonne la main aux paysans dans la gestion des quantités à produire en fonction des besoins de la population et non plus des desiderata de l’industrie. Elle soutiendra également par ce fait la vente directe en favorisant la création de filières de proximité permettant par là la création d’un lien directe et indispensable entre notre paysannerie et l’ensemble de la population. Enfin, un point très important, elle demande d’interdire définitivement l’utilisation d’OGM dans l’agriculture pour ainsi, ne plus se contenter d’un simple moratoire !

Le 23 septembre nous appelons également à voter OUI à l’initiative « Pour des aliments équitables », d’une certaine manière complémentaire à l’initiative d’Uniterre.

Par Gavriel Pinson – Président du PST/POP – Article publié dans « Résistance » le journal du POP Vaudois

Lien direct : http://www.popvaud.ch/2018/08/26/oui-clair-linitiative-de-souverainete-alimentaire/