| Français (PST) | Deutsch (PdA) | Italiano (PdL)
image

Interventions de Denis de la Reusille au Conseil National


 Article


Accueil > Actualités > Communiqués > Lutte des classes en France

 Lutte des classes en France

dimanche 15 avril 2018

Le Parti Suisse du Travail exprime sa pleine solidarité à la classe ouvrière de France, à la Confédération Générale du Travail, à nos camarades du Parti Communiste Français mobilisés partout dans leurs pays contre la politique impériale de sir Emanuel Macron.
Nous condamnons avec force les attaques directes aux travailleurs de la fonction publique et en particuliers les cheminots qui sont confrontés à la casse de leur statut et à la privatisation des chemins de fer. Nous condamnons également les réformes qui amènent dans les roues les étudiants et aux lycéens.
Nous sommes d’ailleurs très inquiets pour l’état de santé de la démocratie française. Lorsque des projets de réforme de telle importance sont imposés par décret présidentiel, sans vouloir laisser le parlement de la république se prononcer, il y bien des raisons d’appeler à la résistance antifasciste et à une généralisation des luttes.
Nous considérons donc juste la mise en place d’une longue période de mobilisation contre la casse des sociétés publiques et des droits des travailleurs lancée par les syndicats français et en particuliers la CGT, ainsi que la mobilisation des jeunes pour le droit à une éducation de qualité, gratuite et non classiste. La détermination à se lancer dans la lutte, suivant les principes du syndicalisme de lutte e de la convergence des luttes est d’exemple pour les travailleurs en Suisse.
Malheureusement, cette tendance se généralise un peu partout dans le monde. La Suisse n’est pas épargnée par le monde patronal et économique qui souhaite casser les acquis sociaux des travailleurs pour pouvoir mieux les exploiter. Ceux-ci sont de plus en plus soumis à des dégradations de leurs conditions de travail, les pressions pour être toujours plus productifs et plus rentables, le stress engendré, la flexibilité demandée par certains patrons, les conflits de subordination hiérarchiques comme le mobbing ou le harcèlement moral et sexuel jouent un rôle sur l’augmentation des maladies psychosomatiques qui pourrissent la vie des travailleurs à tel point que certains tombent en burn-out et d’autres vont choisir l’issue fatale du suicide.
En tant que parti des travailleurs, le PST/POP ne peut pas rester dans l’indifférence face à ces situations dramatiques ou ceux qui produisent la richesse de ce pays sont pressés comme des citrons. C’est pourquoi, nous appelons à la solidarité entre tous les travailleurs ainsi qu’à la fraternité. Nous, devons aujourd’hui être solidaires les uns aux autres, avoir une convergence des luttes si nous voulons un véritable changement en faveur des travailleurs et du combat social. Nous appelons tous les travailleurs à se syndiquer et ainsi se mobiliser pour défendre leurs droits. Car, en cette année de commémoration des 100 ans de la grève générale, il est plus que jamais nécessaire de rappeler l’importance de la lutte syndicale. Grâce à la mobilisation syndicale notre pays (comme tous les autres d’ailleurs) a obtenu des acquis sociaux importants comme, la journée de 8 heures, les congés payés, l’AVS etc…
Mais la réponse se doit d’être aussi politique, car les importantes décisions, celle qui régissent les lois et qui permettent de préserver ou renforcer les droits des travailleurs se prennent dans les parlements. Il est temps qu’un changement radical s’impose pour renverser la vapeur. Pour cela il faut une mobilisation politique pour que les forces politiques progressistes telles que le PST/POP soient suffisamment nombreuses dans les divers parlements dans le but de pouvoir instaurer un rapport de force.
Travailleurs de tous les pays, unissons nos forces pour faire tomber le grand capital et reprendre en main notre destin !