| Français (PST) | Deutsch (PdA) | Italiano (PdL)
 Article


 Victoire !

dimanche 12 février 2017

Le Parti suisse du Travail / Parti ouvrier et populaire (PST-POP) est très heureux et soulagé du refus de la troisième réforme des entreprises (RIE III). Dès le début, le parti a combattu cette réforme néolibérale qui envisageait des cadeaux fiscaux de plus de 4 milliards de francs aux entreprises. Lors de la campagne de votation, le parti a dénoncé le lien direct entre ce genre de cadeaux fiscaux et les mesures d’économies sur le dos de toute la population. Le président du PST-POP Gavriel Pinson note avec joie : « Nous avons su repousser cette attaque néolibérale. Ceci est de plus étonnant en voyant les millions investis par les entreprises dans leur campagne. Ils savaient très bien ce qui était en jeu. Mais nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers maintenant. Le combat se poursuit. »
Le parlement doit ainsi élaborer un nouveau projet. Pour le PST-POP il est clair que les intérêts de la population doivent être mis au centre du débat et non les intérêts de profits des entreprises multinationales. Nous visons une redistribution sociale du haut vers le bas. Seuls les riches peuvent se permettre un état pauvre ! Les finances
publiques doivent être renforcées avec une politique fiscale capable de générer plus de recettes, surtout au niveau des cantons et des communes. Les profiteurs du capitalisme financier doivent être impliqués dans les coûts de la gestion de la crise et dans une restructuration sociale et écologique. Pour le PST-POP c’est uniquement dans ce sens que le nouveau projet de réforme de l’imposition des entreprises peut évoluer.
Le PST/POP revendique une sécurité et une justice sociale pour toutes et tous. L’équité sociale veut aussi dire la même participation à la démocratie, au travail, à la formation, à la sécurité sociale et à la culture, le même accès aux soins et services publics de base et revendique par cela :
• l’augmentation de l’impôt sur les bénéfices des sociétés de capitaux
• une importante augmentation de l’impôt sur les gains immobiliers
• l’introduction d’un impôt sur les transactions financières
• l’introduction d’un impôt fédéral sur les successions
• l’harmonisation des taux d’imposition des communes et des cantons
• la nationalisation et le contrôle démocratique, dans un premier temps, des banques et des compagnies d’assurance
• une hausse des impôts sur les grosses fortunes

Naturalisation facilitée
Le PST-POP est aussi heureux de l’acception de la naturalisation facilitée de la troisième génération. Cette nouvelle procédure toucherait entre 4’000 et 5’000 jeunes par années. Si l’on compare se chiffre aux 2 millions d’étrangers résidant en Suisse, on voit que l’on est loin d’un « bradage » de la nationalité comme l’UDC l’avait prétendu de façon honteuse lors de sa campagne scandaleuse.
Pour le PST-POP, cette facilitation de la naturalisation est un pas dans la bonne direction. Malheureusement, à cause de toutes les conditions imposées par la droite au Parlement, elle ne concernera que trop peu de personnes. Pour nous, une personne née en Suisse fait partie intégrante de la société et ne devrait pas avoir à prouver qu’elle est « intégrée » pour pouvoir y exercer ses droits, notamment ses droits politiques.

Par rapport à l’arrêté fédéral concernant la création d’un fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération, le PST-POP a décidé la liberté de vote et prend connaissance le résultat de la votation.

Parti suisse du Travail / Parti ouvrier et populaire
12 février 2017

PDF - 115.9 ko
Télécharger ce communiqué
PST-POP  |   secretariat@pst.ch  |   Dernière mise à jour: le 6 avril 2017

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0