| Français (PST) | Deutsch (PdA) | Italiano (PdL)
 Article


Accueil > Actualités > Communiqués > Communiqué de presse du PST-POP Prévoyance vieillesse 2020

 Communiqué de presse du PST-POP Prévoyance vieillesse 2020

mercredi 14 décembre 2016

Le Conseil des États a débattu hier de la réforme « Prévoyance vieillesse 2020 ». Comme le laissait présager la position de sa commission de la sécurité sociale et de la santé publique (CSSS-E), il n’a pas suivi la ligne « dure » voulue par le Conseil national. A ce stade, d’importantes divergences sont maintenues entre les deux Chambres.

Pour rappel, le Conseil national avait adopté lors de la session d’automne un « mécanisme d’intervention » censé conduire à un relèvement automatique de l’âge de la retraite à 67 ans au cas où l’AVS se retrouverait dans une mauvaise situation financière. Si ce mécanisme était adopté, il s’instaurerait sans qu’une votation parlementaire ou populaire puisse la contester. Il n’y aurait ensuite plus moyen pour le peuple de s’y opposer le moment venu ! Hier, les députés du Conseil des États ont refusé l’entrée en matière sur cet aspect de la réforme. Non pas qu’ils s’opposent à un tel mécanisme, mais parce qu’ils pensent qu’en l’incluant dans la réforme actuelle, celle-ci risque de ne pas être acceptée par le peuple !

Deuxième différence majeure avec le Conseil national : le Conseil des États a maintenu son projet d’augmenter le montant des rentes AVS de 70 francs par mois et de 226 francs pour les couples mariés pour les seuls nouveaux retraités. Cela pour compenser la baisse du taux de conversion prévue pour le deuxième pilier, ce qui signifierait de toute façon une importante baisse des rentes. Le Conseil national, jusqu’à maintenant, n’a pas voulu en entendre parler. La suite au printemps prochain.

Les divergences entre les deux Chambres, certes importantes, ne doivent pas nous faire oublier que sur le fond de la réforme, Conseil national et Conseil des États s’entendent. Tous deux défendent la hausse de l’âge de la retraite des femmes à 65 ans ainsi que la baisse du taux de conversion de 6,8% à 6% du deuxième pilier. Deux axes fondamentaux de la réforme que le Parti suisse du Travail – POP a toujours combattus et continuera à combattre. Par ailleurs, les quelques « concessions » faites à la gauche par le Conseil des États sont surtout motivées – cela ressort très clairement dans les prises de paroles des députés – par le volonté que le projet soit accepté par le peuple grâce à un su-sucre. Ce genre d’argument montre bien la fragilité des promesses.

Le PST-POP s’est toujours battu pour un système de retraites populaires basées sur le modèle de l’AVS. Depuis toujours, le PST-POP soutient que les caisses de pension privées sont dangereusement soumises aux aléas de la bourse et spéculent avec l’argent de nos retraites. Ces dernières années, cette réalité est devenue une évidence pour beaucoup de gens. C’est pourquoi pour le PST-POP, la seule solution sera une consolidation de l’AVS grâce au glissement du 2e pilier dans le 1er, en garantissant les acquis. Aucun des deux modèles du projet « Prévoyance vieillesse 2020 » ne va dans ce sens. Tout les deux sont au contraire une énième tentative de démanteler l’État social. Au niveau parlementaire, la seule issue favorable serait que le projet tombe à l’eau en raison des mésententes entre les deux Chambres. Si ce n’était pas le cas et qu’un accord délétère était trouvé, le PST-POP sera en première ligne dans le lancement du référendum.

PST-POP
13 décembre 2016

PDF - 33.2 ko
Télécharger ce communiqué
PST-POP  |   secretariat@pst.ch  |   Dernière mise à jour: le 26 mars 2017

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0