| Français (PST) | Deutsch (PdA) | Italiano (PdL)
 Article


Accueil > Actualités > Mobilisation > LA RÉSISTANCE POPULAIRE EN GRÈCE

 LA RÉSISTANCE POPULAIRE EN GRÈCE

jeudi 3 juin 2010

Conférence et discussion avec Anna Grigoriadou, du Parti Communiste de Grèce (KKE)

La Grèce est aujourd’hui le principal foyer de la résistance sociale en Europe : grèves générales, rassemblements et manifestations, auxquels participent des larges franges de la population. Les événements actuels, autour des mesures d’économie planifiées par le gouvernement social-démocrate, ont montré que les attaques bourgeoises contre les conquêtes du mouvement des travailleurs vont rencontrer la résistance du peuple.
Pendant cette soirée nous allons entreprendre un voyage politique vers la Grèce. La camarade du KKE nous parlera de l’histoire de son pays, de la situation actuelle et du rôle que joue l’UE, ainsi que des perspectives pour sortir de la crise.

Ici, pour les intéressé-e-s, nous publions des extraits du discours de la secrétaire générale du Parti Communiste de Grèce à l’occasion de la grande manifestation des communistes grecs du 15 mai passé, qui a ressemblé plus de 100’000 manifestants.


« Le gouvernement ment effrontément quand il affirme que les mesures durent trois ou maximum quatre ans. Ce sys ème, qui est pourri jusqu’à la moelle, n’est pas éternel. Les sacrifices du peuple profiteront aux capitalistes, aux monopoles. Et même si nous supposons que l’économie Grecque sortira bientôt du cycle de la crise et qu’on connaîtra une reprise, la situation sera tout aussi mauvaise pour le peuple.

La direction du PASOK nous force à un recul de plusieurs années en arrière ; en posant au KKE la question trompeuse et intimidante « Respectez-vous la Constitution et lui obéissez-vous, oui ou non ? » elle se prépare pour de nouveaux couplets sur la « loyauté nationale » ; elle persécute l’idéologie communiste, ne serait-ce qu’une banale déclaration et défense du socialisme et du communisme. Mais cette fois, elle ne reconnaît pas un important facteur qui est précisément la possibilité d’une contre-attaque populaire. Mais, qui sont donc ceux qui parlent du respect de la constitution.

Nous déclarons une fois de plus, clairement, notre orientation faible qui s’impose d’elle-même depuis 1918 : de lutter à n’importe quel prix pas seulement pour les problèmes quotidiens du peuple, mais aussi de convaincre le peuple que leur avenir réside dans le socialisme et le communisme.

La Constitution est le produit de l’équilibre des forces à chaque période. Quand la situation tend à être réactionnaire, alors la constitution change pour le pire. Quand il y a une tendance à un équilibre des forces en faveur du peuple, alors elle peut s’améliorer et devenir moins oppressive ; et quand le peuple l’emportera il fera sa propre constitution.

Il n’y a jamais eu dans l’histoire, comme il n’y en aura pas à l’avenir, un gouvernement bourgeois, ou un gouvernement d’une seule couleur ou de coalition, qui n’ait pas violé des articles fondamentaux de sa propre constitution. La souveraineté populaire est incompatible avec le capitalisme.

Quand vous défendez la Constitution, vous défendez le droit des capitalistes à exploiter la richesse que le peuple produit, à posséder les biens les plus importants, en particulier la force de travail, la capacité des hommes à travailler. Vous défendez la loi suprême, la loi de la plus-value.

L’issue s’identifie à un nouveau choix politique qui doit être préparé distinctement à travers les processus du mouvement social et de l’alliance du social et du politique partant de la base.

Les ruisseaux de la résistance existent déjà ; ils doivent se rejoindre dans une grande rivière torrentielle.

Désormais, le peuple ne doit plus se limiter à dresser une liste de ses revendications, exigences et de lancer des appels. Les revendications, les objectifs de lutte, les propositions concrètes doivent démontrer la possibilité de résoudre les problèmes populaires. Cependant, elle peuvent enclencher une dynamique et être efficaces uniquement si elles s’insèrent dans une stratégie, la lutte pour le renversement des monopoles, la lutte pour l’économie et le pouvoir populaires, si elles sont liées à l’alliance et à l’action commune avec le KKE, qui ne présupposent pas un accord avec les conceptions du KKE sur le socialisme et le communisme.

Désormais, il existe des conditions objectives qui permettent d’envisager une organisation différente de la société caractérisée par la décision du peuple de transformer la propriété des monopoles en propriété sociale. »

Ici vous pouvez regarder des vidéos du rassemblement du KKE :
http://www.youtube.com/user/schmidleo85#p/f/2/zSjwwf91rEg

PST-POP  |   secretariat@pst.ch  |   Dernière mise à jour: le 12 février 2017

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0